Ryanair sait comment remplir les avions vides de Lufthansa


La compagnie aérienne low cost Ryanair connait la solution au problème des « vols fantôme » de Lufthansa : il suffit de vendre les sièges à bas prix, comme les Ghostbusters dont elle fait évidemment partie.

Jamais à court d’une provocation, la spécialiste irlandaise du vol pas cher a demandé mercredi à la Commission Européenne « d’ignorer les fausses déclarations de Lufthansa » concernant l’exploitation de « vols fantômes dans le seul but de bloquer leurs créneaux horaires et de se protéger de la concurrence des compagnies aériennes à bas prix ». Le groupe allemand affirme en effet avoir été obligé d’opérer cet hiver 18.000 vols « inutiles » presque à vide, sous peine de perdre des créneaux d’aéroport en raison du règlement européen (qui vient de relever la jauge d’utilisation minimum de 50% à 67%, au lieu des 80% habituels avant la pandémie de Covid-19). 

La solution est simple, affirme Ryanair : Lufthansa devrait vendre les sièges de ces vols à bas prix et « récompenser les consommateurs européens, dont beaucoup ont financé les 12 milliards d’euros d’aides d’État que Lufthansa et ses filiales en Belgique, en Autriche et en Suisse ont déjà reçus des contribuables durement touchés au cours des deux dernières années de la crise sanitaire ». Et la low cost affirme que le groupe allemand se plaint des vols fantômes « non pas en raison de préoccupations environnementales, mais plutôt pour pouvoir sauver davantage le régime des créneaux horaires afin de protéger leurs créneaux, qu’ils n’utilisent pas, tout en éliminant la concurrence et le choix des consommateurs ».

Le CEO du groupe Ryanair Holdings Michael O’Leary a déclaré dans un communiqué : « la solution au problème des « vols fantômes » de Lufthansa est simple : il suffit de vendre ces sièges aux consommateurs. Si Lufthansa a réellement besoin d’exploiter ces vols (uniquement pour empêcher la libération de ces créneaux horaires au profit de compagnies concurrentes), elle devrait être tenue de vendre ces sièges au public à bas prix. Les citoyens allemands et européens ont déjà renfloué Lufthansa en accordant des milliards d’aides d’État à Lufthansa et à ses filiales, Brussels Airlines, Swiss et Austrian. Au lieu d’exploiter des vols vides dans le seul but de bloquer des créneaux horaires, Lufthansa devrait mettre les sièges de ces vols en vente à bas prix pour récompenser les contribuables allemands et européens qui l’ont subventionnée à hauteur de plusieurs milliards d’euros pendant la crise de la Covid ».

Et il en rajoute : « Lufthansa adore pleurer des larmes de crocodile sur l’environnement alors qu’elle fait tout pour protéger ses créneaux horaires. Les créneaux sont le moyen par lequel elle bloque la concurrence et limite le choix dans les grands aéroports pivots comme Francfort (où la low cost fermera sa base fin mars NDLR), Bruxelles-Zaventem ou Vienne entre autres. Si Lufthansa ne veut pas opérer des « vols fantômes » pour protéger ses créneaux horaires, il lui suffit de vendre ces sièges à bas prix et de contribuer à accélérer la reprise des voyages aériens court et long-courriers au départ et à destination de l’Europe ».

Ryanair demande donc à nouveau à la Commission européenne de forcer Lufthansa « et d’autres compagnies aériennes subventionnées par l’État » à libérer les créneaux d’aéroport qu’elles ne souhaitent pas utiliser, afin que « les Ghostbusters à bas prix comme Ryanair entre autres » puissent offrir le choix, la concurrence et des tarifs plus bas dans ces aéroports pivots.

Selon l’IATA, jusqu’à ce que la croissance de la demande se stabilise, il est essentiel que les règles de créneaux « soient rétablies progressivement et continuent de prévoir des exceptions raisonnables lorsque les conditions changent, comme une restriction rapide des déplacements avec l’émergence d’un nouveau variant comme Omicron. Ce n’est qu’avec des règles de voyage mondiales durables et prévisibles que la connectivité peut se rétablir et supprimer le besoin d’alléger les créneaux », soulignait l’association la semaine dernière.

©Lufthansa

Lire l'article complet : air-journal.fr



  • Syndication/Flux RSS : article relayé automatiquement par InsoliteInfo diffusé via le flux RSS, tous droits réservés. En savoir plus


    Rejoindre la discussion

    Application mobile

    Gratuit ! Decouvrez chaque jour de nouvelles infos insolites et passionnantes sur mobile/tablette

    error: