Grève du 19 janvier : peut-on venir avec ses enfants au travail ?

17/01/2023 0

Pour pouvoir emmener son enfant, il faut obligatoirement l’accord de son employeur. (©Syda Productions / Adobestock)

On s’attend à un jeudi noir. Et parmi tous les secteurs touchés par la grève contre la réforme des retraites, les écoles ne seront pas épargnées, avec deux tiers de grévistes chez les enseignants.

Si l’établissement de votre enfant n’assure pas de service minimum d’accueil, vous n’aurez peut-être pas de solution de garde. Et si vous ne pouvez pas télétravailler, pourrez-vous venir avec votre enfant sur votre lieu de travail ?

À lire aussi

  • Grève du 19 janvier : écoles, transports, raffineries… À quoi faut-il s’attendre

« Pas d’interdiction de principe »

« Il n’y a pas d’interdiction de principe », assure d’emblée Me Elena Konopnicki, avocate spécialisée en droit du travail au sein du bureau DJS Avocats. « Cela dépend toutefois de l’activité de l’entreprise », précise-t-elle à actu.fr.

En effet, si l’on peut envisager la présence d’un enfant dans des bureaux, la situation est bien différente dans une usine, sur un chantier, ou dans un commerce, que ce soit pour des questions de sécurité ou de relation avec des clients.

Dans tous les cas, l’accord de l’employeur est obligatoire. Ce que nous confirment les ressources humaines d’une PME rennaise dans le secteur de la communication : « La présence de l’enfant doit être signalée par écrit sur un registre, comme n’importe quel visiteur, en cas d’évacuation des locaux, notamment. »

À lire aussi

  • Grève du 19 janvier : voici les règles qui s’appliquent aux grévistes

L’entreprise peut imposer une RTT

Cependant, rien n’oblige une entreprise à donner son accord. « D’autant qu’un enfant peut gêner les autres salariés, voire créer des tensions avec des collègues qui ont posé un jour de repos pour justement s’occuper du leur », abonde Elena Konopnicki. 

Quelles options s’offrent alors aux salariés ? Poser une RTT (réduction de temps de travail), un congé payé ou sans solde. Cette alternative peut d’ailleurs être imposée par l’employeur. 

Le télétravail peut aussi être considéré, même si cela est compliqué avec un enfant. Il faut toutefois savoir que les employés au forfait heures devront respecter les sept heures quotidiennes [dans le cadre d’une convention aux 35h, NDLR]. S’ils passent leur temps à s’occuper de leur enfant, ils risquent une sanction disciplinaire.

Elena KonopnickiAvocate spécialisée en droit du travail

À lire aussi

  • Froid, neige, verglas… quelles sont les obligations des employeurs et les droits des salariés ?

Un motif de licenciement ?

Il est possible que l’employeur n’accepte aucune de ces solutions et que l’employé n’ait, de son côté, aucun mode de garde pour son enfant. « On rentre alors dans un cas de force majeure », souligne l’avocate.

Dans ces conditions, la personne ne se présente pas à son travail, la journée ne sera pas payée et l’absence sera injustifiée, mais en aucun cas, ce motif pourra faire l’objet d’un licenciement.

Elena KonopnickiAvocate spécialisée en droit du travail

Dans tous les cas, il est conseillé d’engager le dialogue en amont avec l’employeur. 

Lien : actu.fr



  • Syndication/Flux RSS : article relayé automatiquement par InsoliteInfo diffusé via le flux RSS, tous droits réservés. En savoir plus


    Rejoindre la discussion

    Application mobile

    Gratuit ! Decouvrez chaque jour de nouvelles infos insolites et passionnantes sur mobile/tablette

    error: Content is protected !!